Ouvrir le menu principal

Page:Austen - La Nouvelle Emma T4.djvu/169

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


comme celui-ci, quoique la conduite ne soit pas tout ce qu’elle devrait être, si les sensations sont aussi démonstratives qu’on peut le désirer, cela ne fait pas une grande différence. M. Knightley avait lu dans le cœur d’Emma ce qu’elle n’avait pas tout à fait avoué ; il était certain qu’elle acceptait le sien, il ne pouvait désirer rien de plus.

Il ne lui était jamais venu dans l’idée qu’il eût la moindre influence sur le cœur d’Emma. Lorsqu’il la suivit dans le verger, son intention n’était pas de s’en informer, mais bien de voir comment elle supportait la nouvelle de l’engagement de Frank Churchill. Sans vue particulière d’intérêt personnel, il se proposait, si elle lui en fournissait l’occasion, de lui administrer toutes les consolations dont elle devait avoir besoin. Tout le reste avait été l’affaire du moment, l’effet immédiat