Ouvrir le menu principal

Page:Austen - La Nouvelle Emma T4.djvu/158

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


nion de Frank Churchill. Il est possible que je ne lui aie pas rendu justice, l’ayant fort peu connu. Et si, jusqu’ici, je ne la lui ai pas rendue, il pourra néanmoins devenir homme de bien. Avec une pareille femme on peut l’espérer. Je n’ai aucune raison pour lui vouloir du mal ; et à cause de sa femme, dont le bonheur dépendra de son caractère et de sa conduite, je lui voudrai toujours du bien. »

« Je ne doute nullement qu’ils ne soient heureux ensemble, dit Emma ; je crois qu’ils sont mutuellement très-attachés l’un à l’autre. »

« Il est bien fortuné, cet homme-là, répartit M. Knightley, avec énergie. Si jeune, à vingt-trois ans. Temps où, si un homme choisit une épouse, son choix est ordinairement mauvais. À vingt-trois ans, avoir gagné un pareil lot ! Combien d’années de félicité ; sui-