Ouvrir le menu principal

Page:Austen - La Nouvelle Emma T4.djvu/136

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


dant tant de mois, continua madame Weston, elle fut sublime. Je ne puis peindre ce que ma position avait de douloureux. Je ne nie pas d’avoir passé d’heureux momens, mais je n’ai jamais eu une heure de véritable tranquillité depuis que j’ai contracté cet engagement ! Et la palpitation des lèvres qui prononçaient ces paroles me frappa au cœur. »

« Pauvre fille ! dit Emma, elle s’accuse donc d’avoir contracté cet engagement privé ? »

« S’accuser ! Personne au monde ne peut la blâmer plus qu’elle ne le fait elle-même, La conséquence en a été, dit-elle, que j’ai autant souffert que je le méritais. Mais la punition d’une faute ne l’efface pas. Je ne puis jamais ne pas être blâmable : la peine n’est pas une expiation. J’ai agi volontairement contre toutes les règles ; et la