Ouvrir le menu principal

Page:Austen - La Nouvelle Emma T4.djvu/106

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



« Oh ! mon dieu ! s’écria Henriette, je me souviens bien à présent de ce que vous voulez dire ; mais alors je pensais à quelque chose de bien différent. Je ne songeais pas aux Bohémiens, ni à M. Frank Churchill. Non (avec assurance), je songeais à une circonstance plus précieuse que celle-là. C’était à M. Knightley venant m’offrir sa main pour danser, lorsque M. Elton avait refusé de me donner la sienne, et qu’il n’y avait pas d’autres danseurs dans la salle. C’était sa belle action, c’était sa bienveillance, sa générosité et le grand service qu’il m’avait rendu, qui me le faisait regarder comme supérieur à tous les autres hommes. »

« Juste ciel ! s’écria Emma, quelle méprise déplorable ! Quelle malheureuse erreur ! Que faut-il faire ? »

« Si vous m’eussiez comprise, vous ne m’auriez donc pas encouragée à per-