Ouvrir le menu principal

Page:Austen - La Nouvelle Emma T1 et 2.djvu/571

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


vous le savez bien, mais l’imprudence d’un tel mariage ! »

« Je ne parle que de la probabilité, et non de la prudence qu’il y aurait à en contracter un pareil. »

« À moins que vous n’ayez de meilleures raisons que celles que vous m’avez données pour le croire possible, je n’y verrai point de probabilité. Son bon naturel, son humanité lui ont fait commander des chevaux ; d’ailleurs, vous savez qu’il a beaucoup de considération pour les Bates, indépendamment de Jeanne Fairfax, et il saisit toujours avec plaisir l’occasion de le leur prouver. »

« Ma très-chère amie, n’allez pas vous mettre à faire des mariages, vous commencez fort mal. Jeanne Fairfax, maîtresse de l’Abbaye ! oh non, non, cette idée est révoltante. Pour l’amour