Ouvrir le menu principal

Page:Austen - La Nouvelle Emma T1 et 2.djvu/526

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


gretté son absence. Ne terminerait-on pas la soirée par danser ? avait-il demandé. La seule idée de la possibilité qu’il y eût un bal, causait une nouvelle irritation à ses esprits, déjà passablement agités, et la pensée de rester enveloppée dans sa grandeur solitaire, supposant même que l’omission pût passer pour un compliment, n’était pas des plus consolantes.

Ce fut l’arrivée de cette invitation qui rendait la présence des Weston, à Hartfield si propice ; car quoique la première observation qu’elle fit en la lisant fut de dire : « Il n’y a pas à balancer, il faut la renvoyer, » elle les pria si promptement de lui conseiller ce qu’elle devait faire, qu’ils n’eurent que peu ou point de peine à la déterminer à accepter.

Elle avoua de bonne grâce qu’elle se sentait assez d’inclination d’être de la