Ouvrir le menu principal

Page:Austen - La Nouvelle Emma T1 et 2.djvu/51

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Bates et madame Goddard, trois dames toujours promptes à accepter les invitations qu’elles recevaient d’Hartfield.

On avait coutume de les envoyer chercher et de les ramener en voiture, lorsque M. Woodhouse pensait que ce n’était pas un trop grand travail pour Jacques ou ses chevaux ; et quand ils n’auraient fait cette corvée qu’une fois par an, il s’en serait plaint comme d’une corvée inutile.

Madame Bates, veuve d’un ancien vicaire de Highbury, était une vieille dame qui n’était bonne qu’à prendre du thé et jouer au quadrille. Elle vivait avec sa fille assez médiocrement, jouissant de la considération que mérite une vieille dame sans fortune. Sa fille, quoiqu’elle ne fût ni jeune, ni jolie, ni riche, ni mariée, jouissait d’une grande popularité. Mademoiselle Bates