Ouvrir le menu principal

Page:Austen - La Nouvelle Emma T1 et 2.djvu/487

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


sans craindre de trahison de la part de ses hôtes, et faire toutes les questions que son bon cœur lui suggérait sur le voyage de M. Frank Churchill : s’il avait été bien servi sur la route ; s’il n’avait pas horriblement souffert de coucher deux nuits de suite dans une auberge ; et enfin il félicita M. Weston très-cordialement sur ce qu’il n’avait pas attrapé de rhume, lui observant cependant qu’il ne devait pas être parfaitement tranquille sur sa santé, jusqu’au lendemain. Cette visite ayant duré un temps raisonnable, M. Weston se leva pour prendre congé. « Il avait des affaires à l’hôtel de la Couronne, pour son foin et beaucoup de commissions de la part de madame Weston, chez Ford : mais il ne voulait déranger personne. » Son fils trop bien élevé pour ne pas profiter de l’avis, se leva sur-le-champ, disant :