Ouvrir le menu principal

Page:Austen - La Nouvelle Emma T1 et 2.djvu/465

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


certitude dans laquelle l’esprit d’Henriette flottait sans cesse, Emma s’en serait divertie. Un jour M. Elton l’emportait ; un autre, c’était Martin ; et tous deux, à leur tour, faisaient pencher la balance. L’engagement contracté par M. Elton, avait guéri Henriette de l’agitation pénible que la rencontre de Martin lui avait causée. Le mai produit par la connaissance de l’engagement de M. Elton, avait été un peu adouci par une visite qu’elle avait reçue d’Elisabeth chez madame Goddard, peu de jours après qu’elle lui fut parvenue. Henriette n’était pas à la maison ; mais un billet écrit d’un style touchant, avait été laissé pour elle ; il contenait aussi quelques reproches mêlés de beaucoup de choses aimables et affectueuses : et jusqu’à l’arrivée de M. Elton, ce billet l’avait fortement occupée ; elle se mettait l’esprit