Ouvrir le menu principal

Page:Austen - La Nouvelle Emma T1 et 2.djvu/458

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


bouche. Venaient ensuite les palpitations lorsqu’on s’entendait, enfin la demoiselle avait été si aisément conquise, était si bien disposée, que pour se servir d’une phrase très-intelligible, on peut dire qu’elle avait tant d’envie de l’avoir, que sa vanité et sa prudence furent à la fois satisfaites.

Il avait attrapé l’ombre et la substance, l’affection et la fortune, et devint aussi heureux qu’il méritait de l’être. Ne parlant que de lui et de ses affaires, s’attendant aux félicitations de tout le monde, prêt à permettre qu’on lui rît au nez, il se présentait, le sourire à la bouche, sans crainte et avec cordialité, à toutes les jeunes personnes d’Highbury, qu’il aurait approchées avec plus de retenue quelques semaines auparavant.

Les noces ne tardèrent pas à se faire, n’ayant à plaire à personne qu’à eux-