Ouvrir le menu principal

Page:Austen - La Nouvelle Emma T1 et 2.djvu/453

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


grandes précautions ; sachant à peine elle-même si elle devait être bien aise ou fâchée, honteuse ou s’amuser de la situation d’esprit dans laquelle se trouvait Henriette, et de la conclusion du pouvoir qu’avait M. Elton sur elle !

Cependant les droits de M. Elton firent peu à peu des progrès. Quoiqu’elle ne fut pas si affectée de cette nouvelle qu’elle l’eût été la veille, si elle lui fût parvenue, ou même une heure auparavant, le crédit qu’il avait auprès d’elle s’augmenta ; et avant la fin de leur conversation, elle se tourmenta, sentit toutes les sensations que procurent la curiosité, l’étonnement et les regrets, la peine et le plaisir. Cette demoiselle Hawkins servit à faire perdre aux Martin une grande partie de la place qu’ils occupaient dans son imagination.

Emma se réjouit de ce que cette ren-