Ouvrir le menu principal

Page:Austen - La Nouvelle Emma T1 et 2.djvu/448

Cette page a été validée par deux contributeurs.


robe. Je ne pouvais m’en aller à cause de la pluie, et j’aurais souhaité d’être à cent lieues de là. Oh ! ma chère demoiselle Woodhouse… Eh bien ! à la fin, il semble qu’en se retournant il m’aperçut, car au lieu de continuer à marchander, ils se mirent à causer ensemble tout bas. Je suis sûre qu’ils parlaient de moi ; et il me vint dans l’idée qu’il l’engageait à venir me parler (ne le croyez-vous pas aussi, mademoiselle Woodhouse ?) car un moment après elle vint à moi et me demanda comment je me portais, et semblait vouloir m’embrasser, si je le permettais. Elle ne se conduisit pas avec moi comme elle avait coutume de le faire ; je vis qu’elle était changée à mon égard ; mais cependant elle fit tous ses efforts pour me témoigner de l’amitié : nous nous embrassâmes et causâmes ensemble.

« Pendant quelque temps, je ne