Ouvrir le menu principal

Page:Austen - La Nouvelle Emma T1 et 2.djvu/427

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



« Non, ma chère, dit sur-le-champ son père, je suis sûr que vous n’en manquez jamais. Personne n’est la moitié aussi polie et aussi attentive que vous l’êtes. Si vous péchez, c’est de l’être trop. Les tartelettes, par exemple, ne suffisait-il pas de les faire passer une seule fois à la ronde ? »

« Non, dit M. Knightley presqu’en même temps, vous manquez rarement d’égards et surtout d’intelligence. C’est pourquoi je pense que vous me comprenez. » Un coup d’œil fin exprima. « Je vous entends fort bien. Mais mademoiselle Fairfax est si réservée. »

Je vous ai toujours dit qu’elle l’était un peu ; mais vous lui ferez bientôt perdre cette partie de sa réserve dont elle peut se défaire, de tout ce qui tient à la timidité. Mais tout ce qui tient à la discrétion doit être respecté. »