Ouvrir le menu principal

Page:Austen - La Nouvelle Emma T1 et 2.djvu/363

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


bien-être et son bonheur, que tout ce que l’intelligence ou le génie pourraient faire.

Il était un peu tard pour apprendre à devenir simple et ignorante ; mais elle la quitta dans la ferme résolution d’être humble et discrète, et de ne plus s’abandonner à la vivacité de son imagination. Son second devoir maintenant, et qui ne le cédait qu’à ce qu’elle devait à son père, était de procurer à Henriette tout le bonheur possible, et de lui prouver son amitié d’une manière plus solide qu’elle ne l’avait fait en essayant de la marier. Elle la prit avec elle à Hartfield, la combla de caresses et d’attentions, s’efforça avec le secours de livres choisis et de la conversation, de chasser M. Elton de son cœur.

Elle savait que le temps seul pouvait la guérir complètement. Elle ne