Ouvrir le menu principal

Page:Austen - La Nouvelle Emma T1 et 2.djvu/338

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


sentit à l’entendre parler ainsi, ni quelle fut la sensation désagréable qu’elle éprouva ; elle était trop oppressée pour pouvoir répondre sur-le-champ. M. Elton, avantageux de son naturel, prit ce moment de silence pour un consentement tacite, et essaya de lui reprendre la main, en s’écriant avec gaîté.

« Ma charmante demoiselle, permettez-moi d’interpréter en ma faveur cet intéressant silence. Il prouve que depuis long-temps vous m’avez compris. »

« Non, Monsieur, s’écria Emma, vous vous trompez. Loin de vous avoir compris, j’ai été dans l’erreur la plus complète sur les vues que vous aviez jusqu’à ce moment. Quant à moi, je suis très-fâchée que vous me les ayez fait connaître. Rien au monde n’est plus loin de ma pensée. Votre attache-