Ouvrir le menu principal

Page:Austen - La Nouvelle Emma T1 et 2.djvu/337

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


était votre amie : sans cette raison, je me serais fort peu soucié qu’elle fût en vie ou morte. Si elle a cru autre chose, elle s’est trompée, et j’en suis fâché, très-fâché. Mais, mademoiselle Smith, en vérité ? Oh ! mademoiselle Woodhouse, qui pourrait penser à mademoiselle Smith, quand on a le bonheur de vous voir ? Non, sur mon honneur, il n’y a point de légèreté dans mon caractère. Je n’ai jamais pensé à d’autre qu’à vous. Je proteste n’avoir jamais eu d’attentions pour qui que ce soit. Tout ce que je fais, tout ce que je dis depuis quelque temps, n’a pour but que de vous prouver que je vous adore. Il est impossible que vous en doutiez. Non ! (il ajouta avec un ton sentimental) je suis assuré que vous vous en êtes aperçue, et que vous m’avez compris. »

On ne peut décrire ce qu’Emma