Ouvrir le menu principal

Page:Austen - La Nouvelle Emma T1 et 2.djvu/327

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


encore praticable pour des gens hardis, mais qu’il ne fallait pas perdre de temps. Elle voulait à toute force qu’on décidât que son père et Emma resteraient à Randalls, et que son mari et elle bravassent tous les dangers de la route et du mauvais temps.

« Vous feriez bien, mon cher ami, de faire venir la voiture, dit-elle ; je suis sûre que nous passerons si nous partons sur-le-champ ; et si nous trouvons quelques mauvais pas je descendrai et je marcherai. Je n’ai pas peur, et je serais en état de faire la moitié du chemin à pied. Je pourrai changer de souliers en arrivant à la maison, et vous savez qu’en marchant on ne s’enrhume pas. »

« En vérité ! répliqua-t-il, eh bien ! ma chère Isabelle, ce serait la chose la plus extraordinaire, car tout vous enrhume. Aller à pied à la maison ! Vous