Ouvrir le menu principal

Page:Austen - La Nouvelle Emma T1 et 2.djvu/307

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


tion, qui lui semblait préférable à toute autre, de toute manière, néanmoins, elle avait la plus grande curiosité de le voir, le désir de le trouver aimable, même de lui plaire jusqu’à un certain point : enfin, l’idée que ses amis les regardaient comme devant être unis, lui causait une espèce de plaisir.

Avec de pareilles sensations, les empressemens de M. Elton venaient mal-à-propos ; mais elle eut la satisfaction de paraître très-polie, quoiqu’elle fût de très-mauvaise humeur, et de penser que le reste de la journée ne se passerait pas, sans qu’on remît le même sujet sur le tapis ; le bon cœur de M. Weston lui en était un sûr garant. Elle ne se trompa pas ; car, heureusement délivrée de M. Elton, et placée à table à côté de M. Weston, celui-ci profita du premier moment qu’il eut, après avoir fait les honneurs