Ouvrir le menu principal

Page:Austen - La Nouvelle Emma T1 et 2.djvu/260

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


tions très-importantes à mon sujet. Et, ma chère, lorsqu’il viendra, vous ferez bien de lui faire examiner la gorge de la petite Bella. »

« Oh ! mon cher papa, elle va tellement mieux, que j’ai fort peu d’inquiétude pour elle. Les bains de mer lui ont fait du bien, ou l’on doit sa guérison à une excellente fomentation ordonnée par M. Wingfield, et que nous lui appliquons depuis le mois d’août. »

« Il n’est pas probable, ma chère, que les bains de mer lui aient été utiles ; et si j’avais su que les fomentations étaient nécessaires, j’aurais parlé à… »

« Il me paraît que vous avez oublié madame et mademoiselle Bates, dit Emma, je n’ai entendu personne demander de leurs nouvelles. »

« Oh ! les bonnes Bates, j’ai honte de moi-même ; mais vous m’en parlez