Ouvrir le menu principal

Page:Austen - La Nouvelle Emma T1 et 2.djvu/254

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


tention, la vôtre et la mienne étaient certainement bonnes, et je puis dire que jusqu’à présent il n’est rien arrivé qui puisse prouver que j’avais tort. Il me reste à savoir que M. Martin n’ait pas violemment souffert d’avoir été trompé dans ses espérances. »

« Jamais homme n’a tant souffert, fut sa réponse. »

« Ah ! j’en suis en vérité bien fâchée. Allons, donnez-moi la main. »

Ceci venait de se passer avec cordialité, lorsque M. Jean Knightley parut. Eh ! comment vous portez-vous, Georges ? et vous, Jean ? mais avec ce calme anglais qui cachait, sous l’apparence de l’indifférence, le plus sincère attachement, attachement qui, s’il avait été nécessaire, leur aurait fait entreprendre l’impossible pour le service l’un de l’autre.

La soirée se passa tranquillement en