Ouvrir le menu principal

Page:Austen - La Nouvelle Emma T1 et 2.djvu/235

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


bonheur, en anticipant cette trop courte visite.

Il craignait les dangers du voyage pour sa chère fille, et la fatigue qu’éprouveraient ses chevaux et son cocher, qui devaient aller chercher une partie de la famille, à moitié chemin. Mais les craintes furent vaines, les seize milles furent parcourus sans accident, et M. Jean Knightley, sa femme, ses enfans et un nombre compétent de bonnes, arrivèrent heureusement sains et saufs à Hartfield.

Le fracas, la joie que cette arrivée occasionna ; le grand nombre de personnes à qui l’on devait parler, celles qu’on devait féliciter, placer, etc., causèrent une telle confusion, que dans toute autre circonstance, les nerfs de M. Woodhouse n’auraient pu la supporter ; mais les usages d’Hartfield, les sensations de son père étaient trop