Ouvrir le menu principal

Page:Austen - La Nouvelle Emma T1 et 2.djvu/116

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


pécher du bon côté. Après tout cela ne voilà-t-il pas que ma pauvre chère sœur Isabelle vint donner son approbation de la manière suivante : Oui, cela lui ressemble un peu ; mais on ne l’a pas flatté ! Nous avions eu beaucoup de peine à l’engager à accorder quelques séances : il crut me faire une grande faveur. Je n’eus pas la patience de supporter tout cela, et ne voulus pas l’achever, de peur de forcer ma sœur à faire l’apologie d’une mauvaise ressemblance, à toutes les personnes qui lui rendent visite dans le Brunswick-squarre ; et comme je l’ai dit plus haut, je résolus d’abandonner la peinture. Mais pour Henriette, ou plutôt pour moi-même, comme il n’est pas question ici, quant à présent, de maris et de femmes, j’annule mon vœu. »

M. Elton parut frappé et réjoui de