Page:Austen - La Famille Elliot T1.djvu/93

Cette page a été validée par deux contributeurs.


agréable ne puissent faire oublier : on finit par ne plus les voir.

— Je pense bien différemment, dit Elisabeth en jetant un coup-d’œil sur la glace ; la régularité des traits, la perfection de la figure, font, au contraire, pardonner quelques défauts de caractère ; quoi qu’il en soit, vous auriez dû penser que j’ai plus d’intérêt que personne à ce qu’une telle mésalliance n’ait pas lieu, et qu’il était au moins inutile de m’en avertir ; mais il y a des gens qui, ne pouvant briller par autre chose, ont la prétention d’avoir plus de prudence que les personnes les plus expérimentées. »

Alice se tut, et ne se repentit point d’avoir tenu à sa sœur un langage qui, sans doute, la mettrait en garde contre les desseins de mistriss Clay.

Le dernier office des quatre chevaux fut de conduire à Bath sir Walter, miss Elisabeth et mistriss Clay ; les premiers quittèrent leur belle terre sans beaucoup de regrets, et leurs vassaux n’en eurent pas davantage. Cependant l’habitude de voir cette famille représenter dans leur comté, fit témoigner plus de chagrin de ce départ qu’on ne l’aurait pensé, et l’orgueil de sir Walter en fut plus flatté que