Page:Austen - La Famille Elliot T1.djvu/84

Cette page a été validée par deux contributeurs.


depuis long-temps ce comté ; c’était d’ailleurs un homme discret, délicat, point marié, et qui, bien sûrement, n’en avait parlé à personne.

Quant à mistriss Croft, elle était alors hors de l’Angleterre, accompagnant son mari dans ses courses lointaines ; et Maria Musgrove, sœur cadette d’Alice, était à l’école pendant que Wentworth lui faisait la cour, et jamais elle ne l’avait vu. Elle se flatta donc que sa relation nouvelle avec l’amiral et sa femme ne serait troublée par rien de pénible pour les premiers momens. Lady Russel, chez qui elle résidait souvent, et qui vivait à Kellinch-Hall même, serait un moyen de rapprochement, et si Frederich venait… « Ah ! s’il vient, s’il vient, pensait-elle, c’est qu’il n’aura rien oublié. »

La matinée où l’amiral et sa femme devaient venir visiter Kellinch-Hall arriva ; Alice trouva qu’il était essentiel de ne pas manquer d’aller voir lady Russel (ce qu’elle faisait tous les jours), et d’y rester jusqu’à ce que tout fût conclu : on ne fit rien pour l’engager à rester ; elle partit donc avant leur arrivée, bien aise de retarder un moment qu’elle redoutait, et