Page:Austen - La Famille Elliot T1.djvu/68

Cette page a été validée par deux contributeurs.


avantage : « Une maison sans femme n’est jamais bien tenue, observait-il judicieusement, et les enfans gâtent tout ; » donc une femme et point d’enfans était une double bénédiction du ciel pour les beaux meubles de sir Walter.

Il avait vu aussi mistriss Croft ; elle était à Taunton avec son mari présente à tout ce qui s’était dit : « Elle parle bien, elle est vive, gentille, aimable, et m’a fait une foule de questions sur la maison, sur votre famille, sur le loyer, enfin sur tout, et elle me paraît plus entendue dans les affaires que l’amiral ; d’un autre côté, elle n’est pas tout-à-fait étrangère dans ce comté, et le connaît très-bien : elle était la sœur d’un gentilhomme qui y a longtemps résidé ; il vivait, il n’y a que quelques années, à Monkford, et se nommait… Je ne puis à présent me rappeler son nom, quoiqu’on l’ait prononcé dernièrement devant moi. Mistriss Clay, ma fille, m’entendez-vous ? ne vous rappelez-vous pas le nom d’un gentilhomme qui vivait à Monkford, du frère de mistriss Croft ? »

Mais mistriss Clay était engagée dans une conversation profonde avec miss Elliot sur une forme nouvelle de chapeau, et n’entendit pas cet appel à sa mémoire.