Page:Austen - La Famille Elliot T1.djvu/47

Cette page a été validée par deux contributeurs.


qu’il n’avait pas encore osé mettre en avant persuadé que lady Russel aurait la même idée ; elle ne l’avait pas eue ; mais n’importe, puisque sir Walter lui-même supposait la chose possible, il n’eut plus aucun scrupule, et dit avec le ton d’un flatteur, que la bonne tête de sir Walter avait trouvé là le seul moyen de parer aux difficultés de sa situation sans perdre aucune jouissance personnelle, et en conservant toute sa dignité. « Il est très-vrai, dit-il, que sir Elliot ne pouvait changer son genre de vie, ni rien retrancher du train d’une maison si renommée pour sa grandeur, son hospitalité et son ancienne dignité ; mais dans toute autre demeure il serait le maître d’arranger son existence et son genre de vie comme il le voudrait. Quitter Kellinch-Hall était le seul moyen, et il se rangeait de l’avis de sa seigneurie, qui, sans contredit, était le meilleur. »

Sir Walter fut d’abord un peu surpris ; jamais il n’avait en une telle idée, et n’en avait parlé que pour exprimer son horreur des réductions ; mais flatté des éloges de Shepherd sur sa bonne judiciaire, frappé peut-être de l’indépendance qu’on lui avait présentée, il fit peu d’objections, dit seulement qu’il y