Page:Austen - La Famille Elliot T1.djvu/254

Cette page a été validée par deux contributeurs.


se tut et se détourna. Alice fit un effort pour se remettre, et dit qu’elle avait eu la même idée, et que tout ce qu’elle désirait était qu’on le lui permît ; un lit sur le plancher à côté de Louisa serait suffisant pour elle, si M.e Harville voulait accepter son aide. Cette dernière en parut charmée, et tout paraissait être d’accord, quand Wentworth eut une autre idée. Quoiqu’il y eût quelque avantage à ce que M. et M.e Musgrove fussent préparés par un retard à apprendre l’accident de Louisa, cependant comme ce retard devait être au moins d’une heure avec le pesant équipage d’Uppercross, que cette longue attente passée dans l’inquiétude pouvait leur ôter les forces dont ils avaient besoin, Wentworth proposa de prendre une chaise légère à l’auberge pour Henriette, Maria et lui, et de laisser jusqu’au lendemain la grosse voiture et les chevaux de M. Musgrove, qui apporteraient des nouvelles de la nuit. Charles approuva ce plan, et Wentworth courut à l’auberge pour tout préparer, en priant Charles d’amener lui, sa femme et sa sœur. On n’avait pas même mis en doute le consentement de Maria à cet arrangement ; il lui convenait trop bien pour qu’elle pût se livrer cette fois à son penchant pour la con-