Page:Austen - La Famille Elliot T1.djvu/211

Cette page a été validée par deux contributeurs.


linch-Hall ; ces chambres, témoins de leur premières entrevues, et de l’attachement qui en fut la suite ; ces jardins, ces bosquets, où si souvent elle s’était promenée appuyée sur son bras, parlant du bonheur qui les attendait dans leur union future, lui rappelaient de trop pénibles souvenirs. Mais elle était plus inquiète encore de la possibilité que lady Russel et le capitaine se rencontrassent en quelque endroit que ce fût ; ils ne pouvaient s’aimer ni désirer un rapprochement ; son amie, en la voyant avec Frederich, ne manquerait pas de les examiner tous les deux, et ses regards pénétrans auraient bientôt découvert qu’Alice aimait toujours et n’était plus aimée.

Voilà ce qui l’inquiétait en s’éloignant d’Uppercross, où cependant elle sentait qu’elle avait été assez long-temps. Maria, qui s’ennuyait facilement de ce qui était autour d’elle, n’avait plus rien à lui dire ; le petit Charles n’avait plus besoin des soins de sa bonne tante ; les Musgrove avaient bien autre chose à faire que de s’occuper d’elle ! il était temps de partir : cependant un événement auquel elle était loin de s’attendre, la retint encore chez les Musgrove.

On fut deux jours à Uppercross sans voir le