Page:Austen - La Famille Elliot T1.djvu/182

Cette page a été validée par deux contributeurs.


linch-Hall, semblait avoir oublié ses sollicitudes, le sujet de la négociation de son cousin. Pendant qu’il la lui racontait, elle disait au hasard : Oui, non ; c’est très-bien ; j’ai toujours pensé que vous réussiriez… Mais le recteur Schirley vient-il, Louisa ? peut-être n’aura-t-il pas besoin… N’avait-il pas dit qu’il serait là avant midi ?… Vous auriez peut-être mieux fait de rester encore à votre cure… Il faut qu’il lui soit arrivé quelque chose. »

George Hayter ne savait que penser ; il fut auprès de sa tante, qui ne lui parla que de Croft, du capitaine, de ses bontés pour le pauvre Richard, de leur reconnaissance, de ses visites continuelles à Uppercross, et plongea mille poignards dans le cœur du pauvre George.

Peu de jours après le dîner des Musgrove, dont Alice n’avait pas été, le capitaine Wentworth entra le matin sans se faire annoncer au cottage, dans le salon, et n’y trouva qu’Alice et le petit invalide Charles couché sur le sopha.

Il parut visiblement surpris d’être presque seul avec Alice Elliot, il recula ; et dit en balbutiant : « Je… je croyais trouver ici mesdemoiselles Musgrove ; madame leur mère m’a