Page:Austen - La Famille Elliot T1.djvu/169

Cette page a été validée par deux contributeurs.


le capitaine Wentworth très-animé ; tout était calculé pour l’électriser ; attention générale, égards, déférence, on ne pensait qu’à lui, et c’était, parmi les jeunes personnes, à qui lui ferait le plus d’avances. Les miss Hayter, ces cousines dont nous avons parlé, étaient admises à l’honneur de chercher à plaire au capitaine ; Henriette et Louisa en étaient si complètement occupées, qu’il ne fallait pas moins que leur parfaite union pour prévenir une rivalité décidée : était-il étonnant qu’étant aussi prévenu, flatté, admiré, la vanité ne s’emparât pas du beau capitaine ?

Celle qui l’aimait et l’admirait le plus sincèrement, ne le lui témoignait pas ; ses doigts frappaient toujours les touches du clavecin sans qu’elle s’en occupât le moins du monde, sans qu’elle entendît même les sons qu’elle produisait machinalement. Une fois elle devina plus tôt qu’elle ne vit qu’il la regardait : Ah ! pensa t-elle, il cherche sans doute s’il retrouvera quelque trace de ce qui le charmait autrefois. Dans un autre moment, elle comprit qu’il avait parlé d’elle par la réponse de son interlocuteur. Il avait sans doute demandé si miss Elliot ne dansait jamais ? Non, jamais, lui répliqua Louisa ; elle a tout-à-fait