Page:Augustin Crampon - Traduction de la Bible - Desclée 1923.djvu/1631

Cette page n’a pas encore été corrigée


2 C’est pourquoi celui qui résiste à l’autorité, résiste à l’ordre que Dieu a établi et ceux qui résistent, attireront sur eux- 3 mêmes une condamnation. Car les magistrats ne sont point à redouter pour les bonnes actions, mais pour les mauvaises. Veux-tu ne pas craindre l’autorité ? Fais le bien, et tu auras son approbation ; 4 car le prince est pour toi ministre de Dieu pour le bien. Mais si tu fais le mal, crains ; car ce n’est pas en vain qu’il porte l’épée, étant ministre de Dieu pour tirer vengeance de celui qui fait le mal, 5 et le punir. Il est nécessaire d’être soumis, non seulement par crainte du châtiment, mais aussi par motif de cons- 6 cience. C’est aussi pour cette raison que vous payez les impôts ; car les magistrats sont des ministres de Dieu, entièrement appliqués à cette fonction. Ren- 7 dez [donc] à tous ce qui leur est dû : à qui l’impôt, l’impôt ; â qui le tribut, le tribut ; à qui la crainte, la crainte ; à qui l’honneur, l’honneur.

8 Ne soyez en dette avec personne, si ce n’est de l’amour mutuel ; car celui qui 9 aime son prochain a accompli la loi. En effet, ces commandements : " Tu ne commettras point d’adultère ; tu ne tueras point ; tu ne déroberas point ; [tu ne diras point de faux témoignage ;] tu ne convoiteras point, " et ceux qu’on pourrait citer encore, se résument dans cette parole : " Tu aimeras ton prochain comme 10 toi-même. " L’amour ne fait point de mal au prochain ; l’amour est donc la plénitude de la loi.

11 Cela importe d’autant plus, que vous savez en quel temps nous sommes : c’est l’heure de nous réveiller enfin du sommeil ; car maintenant le salut est plus près de nous que lorsque nous avons em- 12 brassé la foi. La nuit est avancée, et le jour approche. Dépouillons-nous donc des œuvres des ténèbres et revêtons les armes de la lumière. Marchons honnP u tement comme en plein jour, ne nous laissant point aller aux excès de la table et du vin, à la luxure et à l’impudicité aux querelles et aux jalousies. Mais u revêtez-vous du Seigneur Jésus-Christ et ne prenez pas soin de la chair dé manière à en exciter les convoitises.

2. Chap, xiv, 1 — xv, 13 : Conduite à |f. nir envers ceux qui sont encore faibles dans la foi. — Ne pas se juger les uns les autres (xiv, 1-12). Se garder de scandaliser les faibles (13-23) a l’exemple de Jésus-Christ, les ’supporter et les accueillir (xv, 1-13).

Quant à celui qui est faible dans la foi, accueillez-le sans discuter ses opinions. Tel croit pouvoir manger de tout ; tel autre, qui est faible, se nourrit de légumes. Que celui qui mange ne méprise point celui qui ne mange pas et que celui qui ne mange pas ne jugé point celui qui mange, car Dieu l’a accueilli parmi les siens. Qui es-tu, toi qui juges le serviteur d’autrui ? S’il se tient debout, ou s’il tombe, cela regarde son maître. Mais il se tiendra debout, car Dieu a le pouvoir de le soutenir. Tel met de la différence entre les jours ; tel autre les estime tous pareils : que chacun ait dans son esprit une pleine conviction. Celui qui observe tel ou tel jour, l’observe 6 en vue du Seigneur ; et celui qui mange, mange en vue du Seigneur, car il rend grâces à Dieu ; et celui qui ne mange pas, c’est en vue du Seigneur qu’il ne mange pas, et il rend aussi grâces à Dieu. En effet, nul de nous ne vit pour soi-même, et nul ne meurt pour soi-même. Car, soit que nous vivions, nous vivons pour le Seigneur ; soit que nous mourions, nous mourons pour le Seigneur. Soit donc que nous vivions, soit que nous mourions,

5. Vulgate, soyez soumis par nécessité, ce qui ne peut s’entendre que d’une nécessité morale. — De conscience : S. Pierre (I, ii, 13) : A cause de Dieu, dans le même sens.

6. Ministres : l’expression gr. (au vers. 4 il y avait seulement $ià*ovoç) désigne proprement les ministres du culte.

10. L’amour, pour celui qui aime. Comp. I Cor xiii, 4-7. Vulgate, l’amour du prochain ne fait pas le mal.

11. De quel temps s’agit-il ? De l’approche de la parousie, dit S.Jean Chrysostome, c. - à -d . du retour glorieux du Sauveur pour le jugement final (Matth. xxiv, 33). C’était une opinion assez générale dans la primitive Eglise que l’intervalle qui devait s’écouler entre le premier et le second avènement de J.-C . serait court. Comme le Seigneur avait affirmé que nul ne sait le temps de ce second avènement, mais qu’il fallait veiller et se tenir prêt (Matth. xxiv, 36, 51 ; Marc, xiii, 32 -33 ; Luc, xxi, 34-36), S. Paul, sans se prononcer sur sa proximité, ni sur son éloignement, tire de la possibilité d’un avènement plus ou moins prochain un motif pour exciter les fidèles à pratiquer la vertu. (Cf. Philip, iv, 5 ; I Thes. v, i -io ; Hébr.x,îj, 37 ; I Pier, iv, 5 et 7,). Il est à remarquer que dans son Homélie sur ce passage, S. Jean Chrysostome du retour glorieux du Christ passe sans transition à la parousie individuelle. Comme le jour du Seigneur approche sans cesse, nous allons aussi à lui par la mort, qui est pour l’individu ce que la parousie est pour l’Eglise, la rencontre avec le Seigneur.

XIV, 5. Conviction : quand il s’agit de choses indifférentes ou non commandées par une loi, le principal est que chacun se forme la conscience et la suive. Vulgate : Que chacun abondi dans son sens ; elle traduit mieux ailleurs (iv, 21 le même verbe grec.