Ouvrir le menu principal

Page:Augier - Théatre complet, tome 5, 1890.djvu/92

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


l’embarras. Je voulais seulement vous prier de me chercher un successeur. Je resterai jusqu’à ce que vous l’ayez trouvé.


Maréchal.

C’est très contrariant ! je m’habituais à vous, moi. Je déteste les nouveaux visages.


Le Marquis.

Quelle lubie vous passe par la tête ?


Maréchal.

Est-ce qu’on vous offre une meilleure place ?


Maximilien.

Non, monsieur ; si je quitte votre service, c’est pour rentrer au mien. Je suis habitué à ne relever que de mon travail, et je me sens incapable d’aucune autre sujétion.


Maréchal.

Votre travail !… sapristi ! vous m’avez avoué qu’avant d’être à moi, vous faisiez des travaux de librairie, à trente francs la feuille, petit texte.


Maximilien.

Petit texte, oui, monsieur.


Maréchal.

Et vous voulez recommencer ce métier de meurt-de-faim ?


Fernande, à part.

Je lui ai ôté son pain !


Maréchal.

Mais c’est absurde !