Ouvrir le menu principal

Page:Augier - Théatre complet, tome 5, 1890.djvu/74

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



La Baronne.

Quelle est la femme du monde qui fait sa tapisserie elle-même et ne se coiffe qu’avec ses cheveux ? Ce sont des supercheries si générales et si bien admises, que, quand notre fausse natte se détache devant nos amis, nous la rattachons en riant ; (Elle roule son carreau.) et c’est ce que je fais.


Maréchal, à part.

Charmante ! adorable ! on n’a pas plus de grâce !


La Baronne.

Ce qui m’étonne dans cette aventure, ce n’est pas que ma tapisserie ne soit pas mon ouvrage, puisque je l’achète ; c’est qu’elle soit le vôtre, mademoiselle.


Maréchal.

Au fait, oui, comment a-t-elle pu vous être vendue ?


Madame Maréchal, à Fernande.

J’ai toujours soupçonné la fidélité de votre femme de chambre.


Fernande.

Pauvre Jeannette ! elle est incapable…


Madame Maréchal.

Ce n’est pas la première fois que vos petits ouvrages se perdent ; il est probable qu’elle en fait commerce.


La Baronne.

Et que la pauvre vieille à qui nous les achetons est une receleuse. Encore une déception de la charité !