Ouvrir le menu principal

Page:Augier - Théatre complet, tome 5, 1890.djvu/59

Cette page n’a pas encore été corrigée


ACTE DEUXIÈME

Un petit salon chez M. Maréchal. — Deux portes dans des pans coupés. — Cheminée au fond. — Un métier à tapisserie à droite,

SCÈNE PREMIÈRE

MADAME MARÉCHAL, assise et brodant; MAXIMILIEN, assis près d'elle sur un tabouret, lui faisant la lecture.

MAXIMILIEN, lisant. --- Quand j'eus seul devant Dieu pleuré toutes mes larmes, Je voulus sur ces lieux, si pleins de tristes charmes, Attacher un regard avant que de mourir, Et jo passai le soir à les tous parcourir. Oh! qu'en peu de saisons...

MADAME MARÉCHAL. --- Je crains que vous ne vous fatiguiez, monsieur Maximilien.

MAXIMILIEN. --- Non, madame.