Ouvrir le menu principal

Page:Augier - Théatre complet, tome 5, 1890.djvu/456

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


vaut plus huit cent mille francs, vous en conviendrez ; j’aime autant le mien.


D’Estrigaud reste un moment écrasé, puis relevant la tête.

Eh bien, à la bonne heure ! je laisse une élève. — Quand M. le maire arrivera, tu lui diras que je vais mieux et que je suis parti pour la Californie. — C’est la terre promise des hommes de ma trempe. — Adieu, mignonne !

Il lui envoie un baiser de la porte.

Navarette.

Bonne chance !