Ouvrir le menu principal

Page:Augier - Théatre complet, tome 5, 1890.djvu/450

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



D’Estrigaud.

Merci… Bragelard, préparez tout pour un mariage in extremis


André, à part.

Nous y voilà !


D’Estrigaud.

Hâtez-vous, car je sens que j’ai peu d’instants à moi.


Bragelard.

Je cours à la mairie.

Il sort.

André.

C’est déchirant ! Quel bonheur que l’épée ait glissé sur une côte et que monsieur en soit quitte pour une bande de taffetas d’Angleterre !


Tenancier.

André !… je ne te comprends pas !


André.

C’est pourtant bien clair. Madame paye les dettes de monsieur, le mariage est la condition du payement ; reste à donner à ce joli marché une tournure romanesque…


Lucien.

Pas un mot de plus, je t’en prie.


André.

Tâte le pouls de monsieur comme je l’ai fait et, s’il