Ouvrir le menu principal

Page:Augier - Théatre complet, tome 5, 1890.djvu/423

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


du bruit nocturne surtout ! Décrochons les enseignes des bourgeois et rossons le guet !


Lucien.

Il est gris, Dieu me pardonne !


D’Estrigaud, à part.

Je l’ai grisé.


André.

Ah ! belle Valentine, puisse ce banquet être le repas des accordailles. Je vous adore !


Valentine.

Est-ce bien vrai ?…


André.

Demandez à Navarette. (À Lucien.) Présente-moi donc à ces messieurs et à ces dames que je n’ai pas l’honneur de connaître.


Navarette, bas, à d’Estrigaud.

Vous êtes d’accord ?


D’Estrigaud.

Oui… à quinze cent mille francs.


Navarette, à part, regardant André.

Quel imbécile !


Valentine, à Aurélie.

Eh bien, mademoiselle, que dites-vous maintenant de votre fétiche ?


Aurélie.

Je dis qu’il est usé, voilà tout.