Ouvrir le menu principal

Page:Augier - Théatre complet, tome 5, 1890.djvu/41

Cette page n’a pas encore été corrigée


des nôtres. Vous en êtes au même titre que Cathelineau.

MARÉCHAL. --- Hein ?

LE COMTE. --- D'illustre soldat à grand orateur, il n'y a que la main. La parole est une épée aussi. Vous êtes le Vendéen de la tribune!

MARÉCHAL, à part. --- A qui en a-t-il ?

LE MARQUIS. --- Vous ferez plus ample connaissance une autre fois, messieurs. Vous êtes dignes de vous comprendre. Pour l'heure, mon cher comte, n'oubliez pas que vous avez à tenir conseil avec mon tailleur; c'est un préliminaire indispensable à la vie parisienne.

LE COMTE. --- Puisque vous permettez... (A Maréchal.) A l'honneur de vous revoir, monsieur.

LE MARQUIS, le reconduisant. --- Comment le trouvez-vous?

LE COMTE. --- Il a grand air, un air de génie.

LE MARQUIS. --- Vous êtes un fin connaisseur. Adieu.