Ouvrir le menu principal

Page:Augier - Théatre complet, tome 5, 1890.djvu/382

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Annette.

Et je crois que votre condescendante ne vous coûte guère.


D’Estrigaud.

Du moins, le respect que je dois à votre réputation et à votre tranquillité…


Annette, ironiquement.

Oh ! vous êtes très respectueux, c’est incontestable.


D’Estrigaud.

Les femmes sont toutes les mêmes ! Si je touchais le bout de votre gant, vous me trouveriez odieux ; et, parce que je reste dans les bornes du plus profond respect, vous me trouvez presque ridicule ; avouez-le.


Annette, qui joue depuis un moment avec la cote de la Bourse.

Un franc de hausse sur la rente.


D’Estrigaud.

Plaît-il ?


Annette.

Un franc de hausse !


D’Estrigaud, stupéfait.

C’est impossible !


Annette.

Voyez plutôt. (Elle lui donne la cote.) Cela vous contrarie ?


D’Estrigaud.

Non… cela m’étonne. (À part.) Ruiné !…


Annette, se levant.

Les cinq minutes que je dois à M. Quentin sont écou-