Ouvrir le menu principal

Page:Augier - Théatre complet, tome 5, 1890.djvu/359

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


piquée au jeu… Mais sa prudence native a été la plus forte. (Lisant.) « Nous avons tout simplement pris rendez-vous chez vous. » Oh ! oh ! rendez-vous chez moi au lieu de venir ensemble ? Voilà qui me paraît moins simple qu’à vous, bonne Saint-Gilles… (Lisant.) « … Rendez-vous chez vous, la marquise ayant à faire, dans votre quartier, quelques visites qui l’empêchent de me venir chercher. » Cette explication vous a suffi, ange de candeur ? — Que peut donc manigancer la petite marquise sous l’égide de votre naïveté ? (Lisant.) « Nous avions comploté de vous surprendre. » Vous vous croyez du complot ? (Lisant.) « Mais j’ai peur que nous ne nous cassions le nez. » Le vôtre serait à jamais regrettable, madame. (Lisant.) « … Et je crois prudent de vous avertir que nous serons chez vous à trois heures précises. » Très prudent, on ne peut pas plus prudent, et je vous remercie. Ou je ne sais plus déchiffrer une femme, ou le plan de la marquise est d’arriver seule cinq minutes avant la comtesse, en me disant : « Vous voyez, baron, qu’on n’a pas peur de vous. » Ah ! rusée, vous voulez faire vos preuves de lionnerie sans rien risquer ! avoir la crânerie des grandes dames sans vous départir de votre prud’homie originelle ! Heureusement pour moi, vous n’avez pas osé mettre votre escorte dans votre confidence, et je vous tiens. (Il se dirige vers la table de droite et écrit.) « Chère Comtesse, je suis au désespoir ; j’attends précisément à trois heures des personnes qui vous gêneraient beaucoup, et que vous ne me donnez pas le loisir de contremander. Ce sera donc partie remise, si vous le voulez bien. Je préviens la marquise par le même messager. Votre bien respectueusement dévoué, d’Estrigaud. » (Il sonne ; entre Quentin.) Vous allez faire porter tout de suite cette lettre par William. À trois heures moins cinq minutes, il viendra une dame ; vous l’introduirez et vous ne laisserez plus entrer personne sous aucun prétexte. Est-ce compris ?