Ouvrir le menu principal

Page:Augier - Théatre complet, tome 5, 1890.djvu/35

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Le Marquis.

Les choses n’étaient sans doute pas très avancées ?


Le Comte.

Il n’y avait que le premier ban de publié.


Le Marquis.

Rien que cela ! — Et sous quel prétexte avez-vous rompu ?


Le Comte.

Mon Dieu, ce n’était pas une famille qui méritât beaucoup de ménagements : des enrichis. J’ai la bourgeoisie en horreur.


Le Marquis.

Diable ! comment allez-vous vous arranger ? Moi qui vous destine justement une bourgeoise !


Le Comte.

Ah ! ah ! charmant !


Le Marquis.

Elle est très riche et très belle, mais très roturière.


Le Comte.

Serait-ce sérieux ?


Le Marquis, se levant.

Tellement sérieux, que je fais de ce mariage la condition sine qua non de mon héritage.


Le Comte.

Permettez-moi de vous dire, monsieur, que je ne comprends pas quel intérêt…