Ouvrir le menu principal

Page:Augier - Théatre complet, tome 5, 1890.djvu/346

Cette page n’a pas encore été corrigée


Alors pourquoi fais-tu la cour à la petite Aline?

LUCIEN. --- Un ragot de ma soeur !

D'ESTRIGAUD. --- Pas seulement de ta soeur. Le bruit court que tu te ranges.

LUCIEN. --- Je fermerai la bouche à la calomnie. Quant à mademoiselle Aline, je n'y pense pas plus qu'au grand Turc, et tu sais si ce potentat me préoccupe.

D'ESTRIGAUD. --- A la bonne heure. Mais permets-moi, pour clore, de te rappeler ce principe immortel : le sage ne doit écrire qu'à son bottier, et encore doit-il tâcher de rattraper sa lettre.

LUCIEN. --- Que veux-tu dire?

D'ESTRIGAUD. --- Rien. Je ne te demande pas tes confidences. Fais ton profit de mon précepte, voilà tout.

LUCIEN. --- Tu me crois plus jeune que je ne suis.

D'ESTRIGAUD. --- Tant mieux! J'ai rempli le premier devoir de l'amitié, qui est d'être désagréable à son ami; je laisse le reste aux dieux.

LUCIEN. --- Trouves-tu