Ouvrir le menu principal

Page:Augier - Théatre complet, tome 5, 1890.djvu/337

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Annette.

Très bien. Mais ne m’oublierez-vous pas ? Je me défie un peu de votre mémoire. Permettez-moi de faire un nœud à votre mouchoir.

Elle va à un petit meuble au fond.

Navarette, bas, à d’Estrigaud.

Tu lui fais donc la cour ?


D’Estrigaud.

Un peu.


Navarette.

Elle est jolie… À propos, je voulais t’écrire ; j’ai vu Cantenac.


D’Estrigaud.

Il t’a donné un renseignement ?


Navarette.

Grande baisse demain.


D’Estrigaud.

Merci.


Annette, revenant avec un bracelet.

Veuillez mettre à votre bras ce modeste mémento.


Navarette.

Je vous le rapporterai fidèlement après-demain.


Annette.

Oh ! ce sont des médailles romaines ; cela n’a de valeur que le prix d’affection qu’on veut bien y attacher ; demandez plutôt au baron, qui s’y connaît.