Ouvrir le menu principal

Page:Augier - Théatre complet, tome 5, 1890.djvu/330

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Annette.

Elle vient me donner une leçon (À part.) qui ne profitera pas à moi seule.


Lucien.

Une leçon ?


Annette.

Eh bien, oui : elle vient me faire répéter mon rôle. Grand Dieu ! si papa savait que je joue la comédie !


Lucien.

Oh ! la comédie de société ! (Il se lève.) C’est de son temps.


Annette.

Mais, de son temps, on ne jouait pas les Argonautes en société.


Lucien.

Et surtout on ne prenait pas de leçons de Navarette. On n’avait peut-être pas tort.


Annette.

Trouverais-tu que je mets trop mon bonnet sur l’oreille cette fois ?


Lucien.

Mon Dieu, je sais bien que c’est admis. C’est égal, ça me produit un singulier effet de penser que tu vas parler à Navarette !


Annette.

Vraiment, monsieur Prudhomme ?


Lucien.

Bah ! tu as raison ! il faut faire comme les autres.