Ouvrir le menu principal

Page:Augier - Théatre complet, tome 5, 1890.djvu/31

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Le Comte.

Le fait est que vous devez me trouver grandi, monsieur.


Le Marquis, à part.

Effilé ! (Haut.) Excusez ma surprise, cousin ! j’étais habitué à mettre votre nom sur des épaules plus larges.


Le Comte.

Oui, mon grand-père et mon père étaient des Goliath ; moi, je tiens de ma mère.


Le Marquis.

Enfin, vous n’en êtes pas moins le bienvenu. — Rendez grâces à votre étoile qui vous envoie chez moi juste à point pour être présenté à madame la baronne Pfeffers.


Le Comte, saluant.

Madame est sans doute parente de la baronne Sophie Pfeffers ?


La Baronne.

C’est moi-même, monsieur.


Le Comte.

Comment ! ce modèle de piété, d’austérité, de…


La Baronne.

Monsieur, de grâce…


Le Marquis.

Eh bien, oui, ce modèle n’est ni vieux ni laid, ce qui vous étonne.


Le Comte.

J’avoue… Mais gratior pulchro in corpore virtus.