Ouvrir le menu principal

Page:Augier - Théatre complet, tome 5, 1890.djvu/307

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Tenancier.

Quel Lagarde ?


Germain.

Dame ! celui qui sortait chez nous quand il était à l’École polytechnique avec M. Lucien.


Lucien.

André ?


Tenancier.

Faites entrer tout de suite.


Lucien.

Ah ! quelle joie de le revoir ! Te voilà donc, vieil ami…

Il s’avance vers André les bras ouverts, et s’arrête en voyant Aline.

André.

C’est ma sœur… (À Tenancier en lui serrant la main.) Bonjour, cher monsieur.


Tenancier, à Aline.

Vous voyez le meilleur ami de votre pauvre père, mon enfant.


Aline.

Je le sais, monsieur.

Elle lui présente son front, il l’embrasse.

Annette.

Voulez-vous m’embrasser aussi, mademoiselle ?


Tenancier, présentant Annette.

Ma fille.