Ouvrir le menu principal

Page:Augier - Théatre complet, tome 5, 1890.djvu/297

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


cabinet particulier. C’est Lardier qui fait le dragon. Il a un Mon casque me gêne à se tordre ; et quand on lui apporte l’addition !… il a une façon de la lire, comme ça… (Il ouvre la lettre pour imiter l’acteur.) Tiens… Qu’est-ce que c’est que ça ?


Annette.

C’est une lettre à loi.


Lucien, lisant.

« Oui, je vous aime… » Ce n’est pas à moi… Moi, on m’écrit : « Mon bébé, envoie-moi quinze louis. »


Annette.

Alors d’où cela peut-il venir ?


Lucien.

Dame ! c’était sur le fauteuil de papa, et puisque ça n’y est pas tombé de ma poche…


Annette.

Tu crois que c’est de la sienne ?


Lucien.

Oh ! non ! la poche est la boîte aux lettres courantes ; or celle-ci est jaunie par le temps, elle a le parfum mélancolique des feuilles sèches ; elle se sera détachée d’un herbier du cœur, que papa était en train de compulser à huis clos, et qu’il aura serré précipitamment à notre arrivée.


Annette.

Comment !… papa lui-même ?… — Je serais bien curieuse…


Lucien, l’arrêtant.

Curieuse de quoi, madame ? Jetons le manteau du