Ouvrir le menu principal

Page:Augier - Théatre complet, tome 5, 1890.djvu/292

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Annette.

Frileux !


Lucien.

Tu en parles à ton aise, toi ! Tu sors de ton appartement bien chaud… un étage à monter… Moi, je viens de chez moi, à travers les frimas.


Annette.

De chez toi ? si matin ?


Lucien.

Est-ce assez correct, hein ? — Il faut dire qu’hier on m’avait intenté une scène à trente-six carats.


Annette.

Qui cela, on ?


Lucien.

Une personne qui m’est… horriblement chère.


Annette.

Je m’en doute bien. Comment s’appelle-t-elle pour le moment ?


Lucien.

Curieuse !


Annette.

As-tu peur de la compromettre ?


Lucien, imitant la voix de son père.

Non, madame ; mais un frère ne doit pas initier sa sœur aux mystères de nos Phrynés modernes.


Annette.

Voyons, papa ; je ne suis plus une ingénue.