Ouvrir le menu principal

Page:Augier - Théatre complet, tome 5, 1890.djvu/234

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— Mais, si je ne suis pour rien dans ce revirement inespéré, qu’est-ce donc que vous a fait Mauléon ?


Madame de Verlière.

Je vous ai tout dit.


Lancy.

Tout ? Il n’y a pas de post-scriptum ? Les femmes en ont toujours un.


Madame de Verlière.

Pas l’ombre. (Elle s’assied à gauche de la table.) — Maintenant, comment faire pour me dégager ? Je ne vous consulte pas, car vous êtes détestable aujourd’hui.


Lancy.

Une femme a toujours le droit de reprendre sa parole.


Madame de Verlière.

Je ne lui ai jamais donné la mienne.


Lancy.

Pas même tout à l’heure ?


Madame de Verlière.

Non. Je ne sais par quelle prudence instinctive j’ai éludé sur ce point.


Lancy, debout de l’autre côté de la table.

Rien de plus simple : il vient prendre le thé ce soir…


Madame de Verlière.

C’est que je voudrais bien qu’il ne vînt pas.


Lancy.

Alors, écrivez-lui.