Ouvrir le menu principal

Page:Augier - Théatre complet, tome 5, 1890.djvu/19

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



La Baronne.

Permettez…


Le Marquis.

C’est comme cela. — Allez, Dubois. — Vous voilà ma prisonnière.


La Baronne.

Mais, marquis, c’est à peine convenable.


Le Marquis, lui baisant la main.

Flatteuse ! — Asseyez-vous, cette fois, et causons de choses Sérieuses, madame Égérie. (Prenant un journal sur la table.) La goutte ne m’a pas empêché de lire notre journal. Savez-vous que la mort de ce pauvre Déodat s’y fait cruellement sentir ?


La Baronne.

Ah ! quelle perte ! quel désastre pour notre cause !


Le Marquis.

Je l’ai pleuré.


La Baronne.

Quel talent ! quelle verve ! quel sarcasme !


Le Marquis.

C’était le hussard de l’orthodoxie… Il restera dans nos fastes sous le nom de pamphlétaire angélique… Conviciator angelicus… Et maintenant que nous sommes en règle avec sa grande ombre…


La Baronne.

Vous en parlez bien légèrement, marquis.